journal

11-06-2022 de nulle part à ici en passant par le japon médiéval

Je viens de parcourir le site de Lydie Jean-Dit-Pannel. Cette artiste fait un périple de son atelier à la ville de Nowhere aux Etats-Unis. Tous les jours, elle poste un résumé. Pendant qu’elle voyage pour nulle part et nous propose sont journal, je me rends compte que je vous propose le mien pour ici, pour moi et pour ici. Ici, c’est nulle part aussi. et nowhere c’est now here ….
Pendant qu’elle essaie de donner un sens à sa vie en allant loin, j’essaie de me créer des routines qui me permettent de donner un sens à la mienne. J’ai un amour et des enfants et une famille cela donne déjà du sens à une vie. Je sais par expérience que l’amour peut être fugace, et s’envoler à n’importe quel moment, et j’essaie d’en gouter chaque instant tant qu’il est là. Ma fille est en âge de trouver son propre sens et mon fils va bientôt devoir affronter la société sans nous. Quant à ma famille, elle a longtemps été un repère, positif et négatif, mais là, aujourd’hui mes frères et sœurs gèrent leurs propre famille aussi bien qu’ils le peuvent en essayant de ne pas tomber dans le chaos. Il reste ma mère, elle vit seule dans une immense maison, j’aimerais être plus proche, mais … 
Toujours est-il que je suis là et j’y suis bien, si je ne pense pas trop autres, mais les tensions arrivent, notamment financière. Je dois encore de l’argent de ma reprise de l’imprimerie, je ne remercierai jamais assez ce connard de Jérôme Gaillard. Mais j’avoue avoir été bien stupide aussi, peut-être, un jour, aurai-je le courage de raconter pourquoi ici. Je ne m’étais pas aperçu que les virements pour le syndic ne passaient plus depuis trois mois. Il faut changer les courroies, le condenseur et l’autoradio de la voiture de la voiture. J’espère que j’aurai ma retraite complémentaire dans pas trop longtemps.  
j’ai commencé un livre sur la Bourgogne : « Les Téméraires (quand la Bourgogne défiait l’Europe) » de Bart Van Loo; il est sur ma table de chevet et raconte l’histoire de la Bourgogne, j’aimerais faire un arbre généalogique des différents personnages qui ont régné sur ce duché.
Et j’ai mis dans mon sac « La pierre et le sabre » de Yosikawa un roman en deux tomes qui se déroule dans le Japon médiéval, je me dis que je ferai bien un annuaire avec les différents personnages pour m’y retrouver 🙂 avec ses noms inhabituels … 

11-06-2022 de nulle part à ici en passant par le japon médiéval Lire la suite »

18-05-2022

Sur un blog, on raconte et on se la raconte. Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un ami, d’un de mes plus vieux amis, pas tant par l’âge que par la durée. Je ne sais pas si j’ai toujours été son ami, mais il a très vite été le mien. Pourquoi lui ? Pourquoi aujourd’hui ? Quelle importance ? J’ai beaucoup appris à travers lui, et même si je n’ai pas son talent photo, je pense qu’une bonne partie de mes images lui doit beaucoup. Le zoom, ce sont tes jambes, un cadrage, c’est un cadrage. Il est adepte du zen dans la photo quand je dois mitrailler pour espérer avoir une photo qui me « plaise », parce que la photo, c’est la patience et l’attention, et je n’ai pas ces qualités. Il a l’œil qui transforme l’instant en éternité. Et je ne vous raconte pas l’influence, qu’il a eu sur mes gouts musicaux. longtemps je n’ai pas aimé ce que je faisais, pas d’oreille musicale, pas de sens du rythme, je chante faux,mes cadrages ne sont pas ceci, mes couleurs fadasses, je n’étais pas à la hauteur et je ne pense toujours pas l’être, mais je pense que ce que je fais est le reflet d’une époque, et qu’il y aura bien quelqu’un quelque part qui aimera ce que je fais, je triche un peu ma Cherie aime ce que je fais, certains de mes proches aussi, mais j’aimerai qu’un inconnu s’arrête et me dise c’est bien ce que vous faites, mais pour que cela arrive il faut sortir … mais je m’éloigne de mon sujet en me recentrent sur, mon ami est le type d’artiste que j’aime, toujours à la recherche d’une nouvelle façon de voir les choses, quand je me laisse guider par mon instinct, travailleur, il peut passer des heures à faire des gammes sur son sax, quand je saute d’une lubie à une autre et que je ne m’attarde sur rien, mais j’aime aussi ses artistes qui créent sans travail, sur une pulsion qui est plus puissante qu’eux, et j’aurai aimé être de ce genre, sourire, grosse feignasse, mais cet ami n’est pas parfait et c’est sans doute une des raisons aussi pour laquelle je l’aime, il se teint les cheveux et a viré centre droit, en fait cela ne le change pas beaucoup je pense qu’il était centre gauche avant, mais bon même s’il était royaliste avec une perruque bouclée je pense qu’il serait mon ami. Il a une façon bien à lui de soigner son apparence :  » il faut se préserver si on veut durer ». Christophe, mon ami Christophe, car il s’agit de toi, je ne sais pas si tu liras ce texte, mais sache que je te dois beaucoup, artistiquement, politiquement et surtout amicalement. Merci

18-05-2022 Lire la suite »

Retour en haut