2022

InnoSang



je ne suis pas vraiment innocent,
j’ai moi aussi les mains pleine de sang.
il coule de mes vêtements,
et de mon téléphone insidieusement,
ma nourriture n’est guère épargnée finalement,
car les viandes et légumes industrialisées dangereusement
tuent autant.


parfois je choisi aveuglement
parfois le choix je ne l’ai plus


je pourrai dire «  je ne savais pas »,
mais les médias me culpabilisent,
sans jamais reconnaître l’essentiel :
nous ne sommes que des marionnettes.
je pourrai ne plus les écouter et devenir aveugle et sourd,
et me contenter du bruit de l’eau de mon robinet
et des fictions de mes écrans,
me prélasser dans un bain au saveurs synthétiques
et rêver d’un amour obscène.
mais je suis là et bien las.

les murs religieux pissent le sang des ouvriers morts
combien de guerre pour édifier les murs de ma mairie


je me ment à moi même
en voulant ignorer le dilemme
je suis ancré dans ce système
et j’ai encré trop de papier de mes blasphèmes
certains pensent sans doute que j’exagère
que je pourrai prendre les choses à la légère
et ne voir que les bonnes choses de l’univers
en oubliant, facilement, toutes ces misères


je ne suis pas vraiment innocent
j’ai moi aussi les mains pleine de sang

morose

nous avons refusé la puissance naturelle
pour nous lover, crédule
au cœur de puissances humaines obscures.
la peur des intempéries,
la peur des attaques
et déjà, la peur de l’inconnu,
nous ont jeté entre des mains avides
de nos sangs de nos sueurs et de nos spermes.

désormais ils spéculent sur nos maladies et sur nos morts,
asservissant les ventres de nos femmes,
vendant nos enfants aux plus offrant,
en attendant de pouvoir se passer d’elles, de nous.

réservoir de pièces détachées,
pièces interchangeables au prix fort,
nos corps ne sont plus à nous :
tatouons nous, perçons nous, illusionnons nous,
mais soyons sain ils ont besoin de nos reins
pour être éternellement dominateur

créant des machines toujours plus cruelles,
ils marchent sur nos vies, dans la crainte d’une guerre,
d’une crise, notre bonheur est fragile,
c’est le prix de notre confort,
de nos films, de nos livres, de notre sécurité.

nous ne pouvons plus crier
sans être enfermés
nous ne pouvons plus aimer
sans être vilipendé
nous vivons sur des passages cloutés
de plus en plus étroits

nos voisins sont suspect,
la nuit effrayante, nos nourritures toxiques.
nous refusons la douleur et la mort.
nos corps puent sans leurs parfums synthétiques.
nos peaux sont fades sans leurs maquillages.
les mannequins des vitrines sont plus humains
et nous avançons mécaniquement
pas cadencés par des montres autoritaires
nous sommes les zombies trop nombreux
d’un monde technologique qui ne veut plus de nous.

assouvir


je vis dans un corps mort depuis longtemps
une vie emplie d’envies inassouvies
de besoin vitaux repoussé à la limite.
oui, j’erre dans une vie vendue
vendant mon temps et mon corps
pour un resto, un film, un téléphone.
je joue à des jeux qui me réconfortent
et me bercent d’illusion, écrasent le temps
inutile, factice, technologique, chimique.
Telles des prostituées trop maquillées
des vitrines luxuriantes me hèlent
en reflétant mon teint blafard.
Dans les rues urbaines
j’erre pauvre héro, pauvre zéro,
pleins de tentations, de frustrations
entretenues dans un équilibre délicat
par des puissances inconnues, lointaine
par des marionnettistes frustrés eux même
qui nous transmettent subtilement
leurs haines et leurs frustrations
leurs peurs aveugles.
ils nous guident lentement
mais sûrement contre un mur lointain :
pour l’instant ça va,
merci

ballade



C’est la fin, la fin du début
retiré du rebut par la faim
le rebus fut étiré par l’allemand
qui tenait la main délicatement efféminée
d’un ami américain.
Ensemble, ils burent la lie jusqu’à l’hallali
le calice doré lançait des éclairs
dessinant un rebus menaçant dans l’air
la fine mélodie du début
tinta dans un rythme assourdissant
sur les bracelets étincelant
pauvres gris gris désuet
d’un amour passé
Andrea CAPEZZA

24-06-2022 crash en deux roues

Je me suis gaufré, étalé comme une crêpe, je voulais tourner à droite à vélo quand j’en ai vu un arriver en face, mais sur sa voie de gauche, un cout de guidon tout simple, mais sur une de ces putains de plaques de marbres posée sur les rues du centre-ville de Dijon et quand il pleut un peu cela ne pardonne pas, alors quand il déluge comme il délugeait mercredi vers 16 h, je ne vous raconte pas enfin juste ce qu’il faut. Depuis, je souffre sur tout le côté droit de la poitrine, mais rien de cassé. La chance. 
J’aimerais vous raconter ce qu’il s’est passé, mais parfois, ça ne vient pas, pas d’intérêt, l’écriture est une habitude et quand on perd le fil, il est parfois dur de le retrouver. 
En tous les cas pas de sport pendant qq jours non plus
J’espère revenir bientôt dans la course.
La bise. 

12-06-2022 du « Tour de Cote d’Or » aux élections législatives

Une journée longue, petit à petit, nous nous acheminons vers la nuit la plus courte de l’année et les températures montent. Le ciel se zèbre régulièrement de magnifiques éclairs. Une sortie en voiture dans la campagne du nord de Dijon, pour apporter le ravitaillement à une dizaine de fondu qui ont décidé de faire le tour de Cote d’Or. Rouler en voiture les fenêtres ouvertes est agréable, pas très économes en ces temps de fortes augmentations des prix, mais c’est agréable d’entendre le vent et de voir le paysage défiler. Tarek et son club (VCPA) ont décidé de créer le tour de Cote d’Or, 315 km pour 2 900 mètres de dénivelé, pour 11 h 30 sur la selle. Honnêtement ? Ils sont fous, mais très sympas. 
Jour d’élection, premier tour des législatives, j’espère que la gauche va retrouver des couleurs et un peu d’ambition sociale et écologiste. En tous les cas le centre-ville de Dijon, mon bureau, le 22 est très bien. En tous les cas un dépouillement qui c’est encore une fois bien passé merci Michel … 

11-06-2022 de nulle part à ici en passant par le japon médiéval

Je viens de parcourir le site de Lydie Jean-Dit-Pannel. Cette artiste fait un périple de son atelier à la ville de Nowhere aux Etats-Unis. Tous les jours, elle poste un résumé. Pendant qu’elle voyage pour nulle part et nous propose sont journal, je me rends compte que je vous propose le mien pour ici, pour moi et pour ici. Ici, c’est nulle part aussi. et nowhere c’est now here ….
Pendant qu’elle essaie de donner un sens à sa vie en allant loin, j’essaie de me créer des routines qui me permettent de donner un sens à la mienne. J’ai un amour et des enfants et une famille cela donne déjà du sens à une vie. Je sais par expérience que l’amour peut être fugace, et s’envoler à n’importe quel moment, et j’essaie d’en gouter chaque instant tant qu’il est là. Ma fille est en âge de trouver son propre sens et mon fils va bientôt devoir affronter la société sans nous. Quant à ma famille, elle a longtemps été un repère, positif et négatif, mais là, aujourd’hui mes frères et sœurs gèrent leurs propre famille aussi bien qu’ils le peuvent en essayant de ne pas tomber dans le chaos. Il reste ma mère, elle vit seule dans une immense maison, j’aimerais être plus proche, mais … 
Toujours est-il que je suis là et j’y suis bien, si je ne pense pas trop autres, mais les tensions arrivent, notamment financière. Je dois encore de l’argent de ma reprise de l’imprimerie, je ne remercierai jamais assez ce connard de Jérôme Gaillard. Mais j’avoue avoir été bien stupide aussi, peut-être, un jour, aurai-je le courage de raconter pourquoi ici. Je ne m’étais pas aperçu que les virements pour le syndic ne passaient plus depuis trois mois. Il faut changer les courroies, le condenseur et l’autoradio de la voiture de la voiture. J’espère que j’aurai ma retraite complémentaire dans pas trop longtemps.  
j’ai commencé un livre sur la Bourgogne : « Les Téméraires (quand la Bourgogne défiait l’Europe) » de Bart Van Loo; il est sur ma table de chevet et raconte l’histoire de la Bourgogne, j’aimerais faire un arbre généalogique des différents personnages qui ont régné sur ce duché.
Et j’ai mis dans mon sac « La pierre et le sabre » de Yosikawa un roman en deux tomes qui se déroule dans le Japon médiéval, je me dis que je ferai bien un annuaire avec les différents personnages pour m’y retrouver 🙂 avec ses noms inhabituels … 

09-06-2022 je plante un arbre

Je suis assez satisfait d’avoir créé un salon de discussion sur mon site. Il est tout simple, mais c’est très bien. J’essaierai d’installer la vidéo prochainement. En attendant, j’essaie des extensions pour placer mon arbre généalogique. J’ai commencé à bosser la première fois sur le mien un peu après la naissance d’Althea ma fille. Mais il y a peu, je me suis rendu compte de la complexité et surtout de l’inutilité que cela représente, il suffit qu’une de mes ancêtres ait trompé son époux, ou ce soit fait violer pour que le nom et les ascendances soient fausses, du coup, j’ai fait le test ADN de MyHeritage, mais tant qu’une majorité ne sera pas testée, cela sera vain. La question est : est-ce que je souhaite réellement retrouver tous les membres de ma famille ? Et est-ce que je souhaite que la population mondiale soit génétiquement tracée ? Dans un monde parfait, non capitaliste, cela pourrait ne pas poser de problème, mais ici, ils sont fichus de nous pondre des lois qui nous obligerait ou nous interdirait en fonction de nos gènes, bref, je continue malgré tout, mais sans grande conviction. 

08-06-22 retraite progressive, objectifs et site internet

Je prépare ma retraite progressive, un dispositif accessible à partir de soixante ans et pour les personnes qui travaillent à temps partiel. J’aurai pu commencer il y a six mois, mais bon dieu l’administratif n’est pas du tout mon truc. Il faut télécharger les documents, et ils ne sont pas faciles à trouver, puis il faut les imprimer et nous n’avons pas d’imprimante à la maison, puis récupérer et imprimer tous les documents demandés et les envoyer. Suite dans les jours suivants. C’est mon objectif.
En parlant d’objectif, voici les miens actuellement : 
1) Courir tous les deux jours au moins 4 km (pour l’instant, je suis à 5 km tous les deux jours.)
2) Passer et rester en dessous de 82,5 kg (pour l’instant, je déborde au moins une fois par semaine.)
3) Faire ma demande de ma retraite progressive
Le troisième point devient le premier …
Pourquoi, je fais ce blog ? Pour de multiples raisons. Une des première est l’envie de sortir des réseaux sociaux, je pense que l’idée de départ de ces réseaux était excellente, permettre à toutes les personnes du monde d’être en contact. Mais finalement, pour des raisons économiques, ils ont choisi d’appliquer le « Plus Petit Commun Dénominateur », nous traiter comme des gosses et manipuler ce que l’on voit à l’écran, des personnes apparaissent et disparaissent de mon fil sans que j’ai fait quoi que ce soit, quand un ami est banni, il ne l’est pas parce qu’il ma « choqué » mais parce qu’il a « choqué » les règles du réseaux que nous sommes obligé d’accepter sans pouvoir donner notre avis. Je rêve d’un réseau qui nous interroge au départ (avec possibilité de changer d’avis quand on veut) : que voulez-vous voir en priorité ? Quel niveau de violence acceptez vous ? Quel niveau politique ? Quel niveau de sexualité ?Etc., et bien évidemment, en fonction de l’âge et chaque statut est signalé en fonction des niveaux d’acceptations précités par celui qui le fait avec possibilité de dénoncer ceux qui ne respectent pas le jeu, bien évidemment chaque dénonciation serait jugée par un « tribunal » de volontaire. Puis il pourrait y avoir des sondages pour savoir quelles fonctionnalités seraient souhaitée par la communauté … Mais vu le succès des réseaux sociaux actuellement, je pense que les gens s’en branlent, ils ne défendent déjà par leurs services publics alors… je sais cela ne semble pas avoir grand-chose à voir et pourtant …
La seconde, est l’envie de tenir un journal, d’essayer de me remémorer la journée, de mettre à plat certains projets et certaines idées de montrer quelques photos et une partie de ce que je suis ou voudrait être …  
Le fait de gérer un site internet est une autre motivation, de tenter de créer un nouveau type de réseau sur la base des bannières d’antan. J’ai créé sur mon site une page où il y a des bannières correspondant aux sites de mes amis, et j’espère trouver le moyen pour que les gens puissent dialoguer avec moi quand je suis là où me laisser un message en cas d’absence, un peu sur le principe  » tiens, on passait devant on s’est arrêté » … Bien sûr, cela ne remplace pas les vrais contacts, et tout le monde n’a pas de site internet, mais cela permet de garder certains liens avec les amis au loin sans succomber au pouvoir des Gafam … 

Retour en haut